Le troisième Voyage Extraordinaire, sur Le Continent des Épopées, est dans les librairies depuis le 9 octobre. En voici le propos

Tout est parti d’une image, le souvenir du début du film Excalibur. Cela se passait dans une forêt, la nuit, et l’on assistait à un combat terrible de chevaliers dans leurs lourdes armures. Dans le prochain Voyage, Thédric est plongé dans une ambiance médiévale, mais un Moyen-Âge obscur, effrayant par sa brutalité et sa rudesse. Il part en quête de sa compagne du royaume des 7 Tours, l’elfe Lizlide. Le problème, c’est qu’il ne sait pas dans quel infinimonde elle est retenue prisonnière (l’Imaginaire compte une infinité d’univers), ni comment s’y rendre, en admettant qu’il l’apprenne, ni où la trouver ensuite, ni enfin comment en revenir. D’ailleurs, il est fort possible qu’il n’en revienne pas, auquel cas, il n’y aura pas de quatrième voyage.

Voici les premières chroniques parues sur les sites...

Utopie : http://f.utopie.free.fr/livre_voyages-extraordinaires.php

Après un second tome qui augurait un sauvetage haut en couleurs, nous voilà replongés dans les spires de l’imaginaire, avec pour compagnons l’héroïsme, les quêtes semées d’embûches et, à la clé, un retour du royaume des morts. Prêt à quitter notre belle planète ? Ce roman paraîtra à bien des regards plus mâture tant son atmosphère s’apparente à celle du moyen-âge, avec sa fange, ses moeurs guerrières et ses singularités si charmantes. Après une fantasy initiatique, une science fiction presque politique, l’auteur s’essaie au récit épique par excellence, où nos héros affronteront dragons, marais, complots retors et épreuves insurmontables. Il y en aura assurément pour tous les goûts ! De fait, les propos comme le style versent dans divers registres, n’hésitant pas à endurcir ses protagonistes. Ceux-ci s’avèreront responsables sinon désabusés, prompts à la colère mais aussi, derrière ce voile peu amène, sentimentaux, humains ou sarcastiques. L’évolution à laquelle nous assistons depuis ses prémices entame son passage à l’âge adulte, ce qui se manifeste par une violence moins édulcorée et de profonds bouleversements chez nos compagnons, tant psychologiques que physionomiques ! Nous retiendons surtout une description de la mort poignante, dans laquelle se révélera un Thédric à la fois rationnel et désespéré, téméraire et frondeur, mais aussi entêté malgré son bon sens... Hormis ces passages pour le moins surprenants, le narrateur émaille toujours son propos d’humour et désamorce, parfois avec une touche de naïveté, les situations les plus dramatiques. Thédric forme avec sa moitié un duo efficace, même si on regrette une complicité parfois sacrifiée sur l'autel de l'action, la faute à un scénario riche en épreuves. Leur histoire d’amour reste néanmoins agréable, ponctuée de moments tendres et de doutes, d'intimité ou d'angoisse, sans jamais suivre les canevas usés jusqu'à la corde. Un bon point s'il en est ! Là où nous relèverions un bémol serait le scénario. L’auteur nuance certes son manichéisme, si préjudiciable dans les précédents romans, mais en nous présentant ces douze travaux d’Hercule version médiévale, on se heurte à la linéarité. Ainsi, nos aventuriers parcourent le monde pour répondre aux exigences d’un mage sibyllin, lui-même au service d’une entité supérieure, et ces archétypes ne nourriront guère l’imaginaire, malgré l’hétéroclisme des situations et protagonistes décrits. Certes, la façon dont nos amis accomplissent leurs tâches réveillera notre intérêt, mais le roman adopte un rythme trop ronronnant pour nous maintenir en éveil durant toutes ces pérégrinations. La dernière partie du récit s'annonce toutefois mieux menée sur la forme et le fond, avec une tension qui s'accroît à mesure que se profile le final, et nous font oublier les quelques longueurs qui émaillaient le roman. Peut-être l’auteur souhaitait-il parodier certaines œuvres fantasy avec ce mythe arthurien humoristique, mais il manque un soupçon de virtuosité pour vraiment convaincre ; ne soyons toutefois pas injuste envers cette œuvre : elle comporte nombre de chutes incisives, rebondissements, choix cornéliens ou affrontements mémorables, de quoi alimenter votre goût du risque ! Au final, ce retour à une fantasy plus classique recourt à certaines facilités alors que, en parallèle, se complexifient les personnages comme les mécanismes présentés. Car quand nous découvrons les nuances apportées aux Elfes ou la façon dont l’auteur présente la mort, on ne saurait nier une imagination fertile. Si le scénario puis le monde paraissent donc en deçà des précédents, la plume gagne en rondeurs et nous présente avec aisance un univers plus sombre et audacieux. Note finale -jeune lecteur- : 7.5/10

Lu sur Yozone http://www.yozone.fr/spip.php?article5735 : " Voilà le voyageur de multivers de retour pour une troisième aventure. Après Le Royaume des Sept Tours et l’Empire des Mondes, Thédric le joueur tranquille devenu aventurier intrépide n’hésite pas à se lancer au secours de la belle elfe. Péripéties à tous les étages, une fois encore, Arthur Ténor envoie son lecteur face aux multiples dangers de ses mondes imaginaires. Une nouvelle preuve de l’éclectisme littéraire de l’écrivain. Et le plaisir sera pour vous en grand format."

Lu sur Choisirunlivre.com : " Sur un schéma qui semble assez classique, ce roman, dont le début peut paraître complexe au lecteur qui n'a pas lu les deux premières aventures, est au demeurant intéressant : mené tambour battant, le récit, bien construit, offre de nombreux rebondissements imprévisibles et met en scène des personnages variés, étranges et fortement typés comme peuvent l'être les créatures issues de l'univers fantastique, à l'instar de ces cavaliers médiévaux assez impressionnants. Bien écrit, ce roman, qui n'évite pas certains clichés, se lit facilement et s’achève sur un épilogue qui amène de nombreuses questions, laissant là le lecteur sur sa faim."

Lu sur Les chroniques de l'imaginaire http://climaginaire.joueb.com : " Bâti explicitement selon les principes du jeu de rôles, ce livre promène ses personnages et son lecteur d'une aventure à l'autre, d'un danger à l'autre. Les fans de l'auteur seront certainement satisfaits d'y retrouver l'un de ses héros récurrents, ainsi que son autre héroïne. "

Et quelques commentaires de lecteurs : "Le troisième volet des voyages extraordinaires est aussi pationnant que les deux autres !! Comme dans les premiers, on se laisse guider par l'écriture de l'auteur qui nous fait partager les aventures de Thédric dans un nouvel infinimonde, le Continent des épopées. "Publié par Lemaire -

"Mais que va-t-il encore inventer pour le tome 4 ?? Publié par ° Oo. LoCa .oO ° - 12-2008

Arthur Ténor a décidément une imagination plus que débordante ... Il nous a encore une fois créé un monde unique, bizarre, incomparable ... Dans ce troisième tome nous retrouvons l'elfe Lizlide qui, pour ma part, m'avait beaucoup manquée. Thédric et elle sont entrainés sur le Continent des Épopées pour y vivre bon nombre d'aventures et découvrir qu'ils ne contrôlent plus leur destin et ne sont que des pions ... Jusqu'au bout on se demande s'ils parviendront a retourner au Royaume des Sept Tours. Cette aventure ne m'a pas paru follement intéressante, peut-être du fait de sa singularité, mais en tout cas j'ai adoré le dénouement, comme avec les précédents volumes. A croire que c'est le point fort de l'auteur ! "