On lit encore ici ou là des chroniques sur ces Voyages Extraordinaires. Et ça fait bien plaisir :

Dépaysant à souhait!!!

J'ai adoré l'idée de départ. Un jeune étudiant qui s'ennuie pousse la porte d'une agence de voyage pas comme les autres et embarque pour un monde parallèle où mille et une aventures l'attendent. Au rendez-vous, du suspense, de l'action, de l'amour, des créatures malveillantes... du bonheur quoi!
Pour moi l'avantage de ce roman est que, même s'il existe des suites, vous pouvez vous délecter de ce livre sans lire les autres...
L'écriture d'Arthur Ténor me plaît beaucoup et j'ai retrouvé tout ce qui me transporte dans un bon livre: humour, sensations, héros auquel on peut s'identifier...
Vous l'aurez compris: j'aime!

Lu sur blog Leslectures2thalie http://parfumsdelivres.blogspot.com/2011/02/voyage-extraordinaire-au-royaume-des.html

Et sur vampirisme.com, à propos de Dracula :

Un ouvrage jeune imaginatif, qui met en scène un univers riche où tout est permis. Car l'auteur met en scène un monde où a été rendu possible le voyage dans les imaginaires, démultipliant le nombre de monde existant. C'est ainsi qu'après avoir affronté de nombreux périls en tant qu'explorateur de l'Imaginaire, Thédric Tibert va se frotter aux univers victoriens de Bram Stoker et de Sir Arthur Conan Doyle, à la croisée des mondes entre les aventures de Sherlock Holmes et Dracula. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est efficace, inventif et riche en rebondissement. Sans avoir lu les tomes précédents, l'univers propose par cet opus est en effet des plus plaisants.

Les personnages, Thédric Tibert en tête, ne manquent en effet pas de ressources, ni d'une certaine psychologie. Pas forcément manichéen, malgré la présence d'un des bad guy aux dents longues les plus célèbres qui soit, Sur les terres du comte Dracula est un roman jeunesse qui se lit très bien, et reste cohérent malgré les changements d'univers qui parsèment le récit. Certes le propos reste assez léger, littérature jeunesse oblige, mais le roman se détache de ses pairs par une utilisation savoureuse des textes en filigrane.

On retrouve ici autant Dracula que son pendant historique, Vlad Tepes. Alors que l'un fait régner la terreur le jour, n'hésitant pas à empaler tous ceux qui contreviennent à ses désirs et ordres, le second, véritable vampire, semble plus contrasté, plus torturé. S'agit-il d'une facade, ou Dracula recherche t'il la rédemption ? Pour le reste, le vampire est ici une créature qui a besoin de s'abreuver de sang pour survivre. Il ne peut transformer quelqu'un en un de ses pairs que si l'échange de sang a lieu.

Sans pour autant être appelé à être un best-sellers, cet opus de la série d'Arthur Ténor est une jolie immersion dans la littérature victorienne, qui propose un éclairage original sur les différentes facettes de Dracula